affiche_HBN911. Aucune région de France ne peut mettre de date aussi précise sur le moment de sa création. La Normandie, si. Et cerise sur le gâteau : c'est d'un accord de paix qu'elle a surgi un beau jour du Xème Siècle de notre ère. Lassé et quelque peu effrayé par les invasions permanentes des hommes du Nord qui remontaient régulièrement le cours de la Seine, le roi Charles III dit "Le Simple" eut alors l'idée de génie, la seule de son règne, de combattre le mal par le mal. Autrement dit de s'assurer une protection efficace en faisant du principal chef de ces guerriers un loyal vassal. Monnaie de la pièce : une large concession territoriale faite aux Vikings qui s'étendrait entre la rivière Epte et la mer.

C'est donc à Saint Clair sur Epte, après moult tractations, que Charles le Simple rencontra Rollon, l'un des principaux chefs normands. On ignore la date précise de cette rencontre : certaines sources la situerait en juillet mais elle a plus certainement eu lieu à l'automne car des heurts importants opposèrent encore des Vikings aux proches du Roi durant l'été 911. Passons sur la légende qui veut que, pour baiser les pieds du Roi en signe d'allégeance, Rollon souleva si haut le royal mollet que le souverain bascula la tête en arrière. Retenons simplement que par la signature de cet accord de bonne entente, le Duché de Normandie était né de fait, même s'il fallut encore attendre un bon siècle pour qu'on le nomme comme tel. STCSEPT

Aujourd'hui, Saint Clair sur Epte n'est même plus en Normandie. C'est la commune la plus au nord de la région Ile-de-France, juste à la frontière avec l'Eure. Un panneau à l'entrée de la commune rappelle tout de même que c'est "ici qu'est née la Normandie en 911." Le comité régional du tourisme de Normandie aurait d'ailleurs bien aimé annexer, le temps d'une année, ce petit bout de territoire francilien si riche pour son passé. Peut-être d'ailleurs, l'une des 200 fêtes annoncées cette année sur le territoire normand s'y déroulera-t-elle.

Car quand il a lancé son appel à projets l'an passé, le CRTN (Comité Régional de Tourisme de Normandie) n'imaginait pas un tel succès : près de 300 projets ont été proposés, la plupart provenant du Calvados et de l'Eure. La Seine-Maritime et Rouen, pourtant première capitale historique du duché de Normandie, semblant moins concerné par cet anniversaire, après la grande fête impressionniste de 2010. Alain Tourret, président du CRTN, annonce plus de 200 manifestations à travers tout le territoire normand en 2011. Mais pas de grand événement phare. De même, pas encore de calendrier précis. Les festivités doivent officiellement débuter le 30 avril à Caen, jour de la Saint Robert, du nom chrétien pris par le chef Rollon, premier duc de Normandie, lors de son baptême à Rouen.

Alain_TourretEcoutez Alain Tourret, président du Comité Régional de Tourisme de Normandie :

Ecoutez Laurent Beauvais, président du Conseil Régional de Basse-Normandie :

La Normandie va donc célébrer son passé en 2011, mais également regarder son avenir. Et de ce point de vue, l'affiche officielle de l'événement, présentée il y a quelques jours, augure bien de ce double objectif. Son titre ("Happy Birthday Normandy") rappelle les affinités très étroites entre la Normandie et l'Angleterre et son drakkar évoque tout naturellement l'imaginaire viking. Mais ce drakkar vogue sous le Pont de Normandie, symbole d'union jeté par dessus les flots de la Seine en 1994. Et ce clin d'oeil est comme une piste d'avenir pour une double région en quête d'identité retrouvée.