53801005L'élection de Miss France 2011 aura lieu demain soir au Zénith de Caen. Une véritable aubaine pour la ville qui récupère là une clinquante vitrine, un an après le sacre de la Caennaise Malika Ménard à Nice.
Et pourtant, le sujet n'a pas fait l'union sacrée au conseil municipal de Caen. Dès le mois de juin, la conseillère Europe Ecologie Samia Chéhab avait clairement signifié son opposition et celle de son groupe à ce projet de soirée à Caen. Opposition réitérée au mois de septembre lors du vote de la convention liant la Ville à l'organisateur de l'événement, Endemol, et à son diffuseur, TF1.
Le groupe Europe Ecologie se fendait alors d'un communiqué de presse où Samia Chebab dénonçait un "événement rétrograde", évoquant un "triste passé". Elle était soutenue par son collègue Jean-Luc Véret qui précisait que les politiques publiques n'avaient pas à encourager cette "dérive vers la marchandisation des corps". Depuis, plus rien. Plus un mot dans la presse, silence radio total. L'opposition a fondu sous le soleil prometteur d'une belle publicité télévisée. Il faut dire que Philippe Duron ne cachait pas son enthousiasme lorsque le 3 juin dernier, il apprenait que sa ville avait été retenue pour organiser le concours Miss France :
Alors les Verts ont-ils été priés de se taire ? Toutes nos demandes d'interview sur le sujet ont été marquées par une splendide fin de non-recevoir : portables sur messagerie, courriels restant sans réponse ou téléphone sonnant dans le vide. On sent comme un malaise... Même la bruyante manifestation le 22 novembre dernier du mystérieux collectif féministe Toison Rouge dans les rues de Caen n'a pas rattiser leurs convictions sur le sujet. 
L'heure n'est sans doute plus à la polémique. Miss France sera élue demain soir à Caen et il sera alors temps de mesurer les bénéfices de l'opération. En attendant, pas une tête ne doit dépasser. C'est sans doute le prix du rêve. Dommage. Et troublant.