CG_14L'information est-elle parvenue jusqu'à vous ? Il y aura des élections l'année prochaine. Ce sera même le dernier test grandeur nature avant les rendez-vous présidentiels et législatifs de 2012. Alors certes, l'enjeu des élections cantonales de mars prochain sera limité mais le scrutin permettra peut-être de tirer quelques enseignements sur la façon dont les Français ont vécu les derniers remous politiques, de la réforme des retraites au remaniement gouvernemental. Et puis qui sait : ces cantonales pourraient aussi avoir une sérieuse influence sur les élections sénatoriales de l'automne 2011. Si la gauche parvenait à effectuer une percée supplémentaire dans les conseils généraux, Nicolas Sarkozy verrait s'accentuer le risque de terminer son mandat avec un Sénat à gauche. Du jamais vu sous la Vème République, même du temps de Gaston Monnerville.

Dans le Calvados, ces élections cantonales seront aussi l'occasion de tourner une page historique, celle de l'époque d'Ornano, longue de 31 ans. Michel d'Ornano était en effet arrivé à la tête du département en 1979 avant que sa femme ne le remplace après sa disparition accidentelle en 1991. Anne d'Ornano a d'ores et déjà annoncé qu'elle passerait la main en mars prochain. ADOSon canton de Trouville sur Mer n'étant pas renouvelable, elle restera conseillère générale mais quittera la présidence de l'hémicycle après 20 ans de pouvoir. Parmi ses lieutenants, la succession est ouverte. Et le vice-président du conseil général, également vice -président du Sénat, Jean-Léonce Dupont y fait figure de favori. A moins que la gauche ne vienne jouer les trouble-fêtes...

Car l'autre enjeu des élections cantonales dans le Calvados sera de savoir si la droite et le centre-droit seront en mesure de conserver leur majorité. A priori, la situation n'est pas encore critique mais la gauche pourrait à nouveau progresser d'un ou 2 sièges. Elle lorgne notamment sur le canton de Caen 1, sauvé il y a 6 ans par Luc Duncombe pour...2 petites voix d'avance. Pour faire basculer la majorité en mars prochain, la gauche se voit dans l'obligation de conquérir au moins 4 sièges, tout en conservant les 10 qu'elle remet en jeu. Difficile mais pas impossible.

On le voit, ces élections cantonales, souvent mal aimées des citoyens et source d'une importante abstention, seront au final un rendez-vous politique très important. D'autant que pour la première fois depuis près de 20 ans, elles seront débarrassées de la concurrence de toute autre élection supplémentaire, qu'elle soit municipale ou régionale.

A 4 mois du rendez-vous, la rédaction de Nostalgie Caen vous propose d'entendre les 2 leaders politiques de leur camp au conseil général du Calvados : Jean-Léonce Dupont pour la majorité présidentielle et Gilles Déterville pour l'opposition de gauche.

JLD




Ecoutez Jean-Léonce Dupont :


GD




Ecoutez Gilles Déterville :