Daniel_MangeasLe Tour de France ne passera toujours pas en Normandie cette année. Mais depuis plus de 35 ans maintenant, le Tour de France ne peut pas se passer d'un Normand à l'éternelle allure de grand ado souriant : Daniel Mangeas. Le speaker officiel de la Grande Boucle a commenté ses premières étapes sur la ligne d'arrivée en 1974. C'était l'année du dernier Tour victorieux d'Eddy Merckx. Un bail... Et pourtant, c'est en tant que boulanger que le petit gars de Saint Martin de Landelles dans le sud-Manche commença sa vie professionnelle avant d'être repéré par Albert Bouvet, alors directeur adjoint du Tour pendant le règne de Jacques Goddet et de Félix Lévitan sur l'épreuve.

Daniel Mangeas a pris la route des Pays-Bas mercredi. Direction Rotterdam où le peloton de ce 97ème Tour de France s'élancera demain. Comme toujours, et comme quand il parle à son micro devant la ligne d'arrivée, il s'enflamme pour ce sport dont il a la passion chevillée au corps. Il évoque les favoris de l'épreuve. Les Contador, les Armstrong, les Schleck... Aucun ne manque à l'appel selon lui. Il rajoute même à cette liste le nom de Janez Brajkovic, récent vainqueur du Dauphiné Libéré. Le Slovène est très peu cité par les observateurs. Il faut dire qu'il est le coéquipier d'un certain Lance Armstrong. Ceci explique peut-être cela.

Tour_de_France_2010

C'est aussi l'occasion de revenir avec Daniel Mangeas sur l'un des grands temps forts de cette édition 2010 : le centième anniversaire de la présence des Pyrénées sur le Tour de France. Le col du Tourmalet sera ainsi escaladé à 2 reprises cette année pour rendre hommage à la chevauchée fantastique d'Octave Lapize, premier grand roi de la montagne de l'histoire du Tour en 1910.

Le Tour de France, c'est aussi 25 ans d'insuccès pour les Français qui attendent depuis 1985 un successeur à Bernard Hinault. Mais il paraît que, dans les milieux autorisés du cyclisme, on connaît déjà le nom de ce successeur. Découvrez-le en écoutant l'interview que Daniel Mangeas a accordé à Nostalgie.

Ecoutez Daniel Mangeas :