La maison d'arrêt de Caen pourrait fermer ses portes. Pour l'instant, ce n'est qu'une rumeur. Mais une rumeur qui a tout de même poussé le maire de Caen en personne à prendre sa plume pour écrire au préfet de région. Les détenus caennais, ainsi que ceux des maisons d'arrêt de Cherbourg et de Coutances, pourraient être rassemblées en un seul et même lieu, peut-être Saint Lô.

prisonL'information a été révélée par nos confrères de la Presse de la Manche au début du mois. C'est après la parution de cet article que Philippe Duron a clairement annoncé au représentant de l'Etat dans le Calvados qu'il s'opposerait fermement à un tel projet : "ce nouveau manquement de l'Etat à ses obligations régaliennes dans l'agglomération capitale de la Basse-Normandie serait contraire au bon fonctionnement de la justice."

Le maire de Caen a encore en travers de la gorge la fermeture du 18ème Régiment de Transmissions de Bretteville-sur-Odon dont les derniers élements, ironie du sort, doivent quitter le site de la caserne Koenig la semaine prochaine, mardi 30 juin. Un millier de personnes avait alors fait leurs bagages et quitter l'agglomération de Caen pour d'autres horizons. La fermeture de la maison d'arrêt contribuerait à reproduire le même scénario.

Pas question non plus pour les syndicats pénitentiaires d'assister à ce délitement sans réagir. L'UFAP-Unsa pointe du doigt une décision qui pourrait avoir "de lourdes conséquences sur la vie familiale des personnels, le service public de proximité et une absence totale de maison d'arrêt dans le Calvados".

Ecoutez Philippe Devique, le représentant de l'UFAP-Unsa à Caen :

Les représentants du ministère de la Justice à Caen démentent catégoriquement cette information. La Chancellerie, elle, reste pour le moment muette. Selon la bonne vieille formule, elle ne confirme ni n'infirme. La décision sera connue d'ici la fin de l'année.