ZLdaYvHR_LLe chiffre n'a rien d'anodin : le taux de suicides chez les adolescents homosexuels est 13 fois plus important que chez les adolescents hétérosexuels. Il ne s'agit là que d'une estimation, tant il est bien évident que les raisons profondes qui poussent un être humain à se supprimer ne sont jamais véritablement connues. Mais l'étude menée par le docteur Marc Shelly en France au début des années 2000 montre qu'il y a bien là un véritable problème de santé publique.

Or, bien souvent, c'est dans le milieu familial que ce malaise surgit. Dans son rapport 2009, l'association SOS Homophobie soulignait que le nombre de témoignages d'homophobie concernant les parents, frères, soeurs et famille proche était en augmentation depuis 2 ans. La découverte de l'homosexualité de leurs fils ou de leur fille par une mère ou un père peut conduire à des déchaînements verbaux ou physiques parfois irrémédiables. C'est cette situation que dénonçait courageusement Jean-Marie Périer, l'ancien photographe de "Salut les copains", dans un livre paru au début de l'année et intitulé "Casse-toi". Le sous-titre de son ouvrage est éloquent : "Casse-toi mon fils, je ne veux pas de pédé dans ma vie". Celui qui a copiné avec les Beatles, les Stones et toutes les idoles des années 60 prend ici le flambeau d'un combat qui a priori ne le concernait pas : "C'est parce que je ne suis pas homosexuel que j'ai fait ce livre. Etant donné que je m'adresse aux parents qui sont des gens de ma génération, il y a une chance que le message passe."P_rier

Dans son livre, Jean-Marie Périer évoque notamment Le Refuge, une petite association montpelliéraine, la seule en France à recueillir les adolescents ou les jeunes adultes chassés de chez eux par leurs parents découvrant leur homosexualité. Chaque année, Le Refuge reçoit l'appel d'environ 350 personnes en détresse. C'est à peu près le nombre de femmes vêtues de la burqa en France d'après les RG. Or, malgré la similarité d'ampleur, la société n'a semble-t-il pas choisi de faire le même écho aux 2 phénomènes...

En France, depuis quelques années, une association se propose d'établir le dialogue entre les parents d'homosexuels et leurs enfants. Elle s'appelle CONTACT. Il n'existait pas encore d'antenne de CONTACT dans le Calvados jusqu'à ce qu'une mère de famille, assistante sociale de formation, ne relève le défi. Elle s'appelle Isabelle Vanbelle.

CONTACT tient sa première réunion ce soir mardi 11 mai à 20h30  à la Maison des Associations de Caen, 7 bis rue Neuve Bourg l'Abbé. L'entrée est libre. Si vous souhaitez apporter votre soutien ou votre temps à cette association, vous pouvez consulter le site de l'association CONTACT.