Le Nouveau Parti Anticapitaliste d'Olivier Besancenot a tout juste un an d'existence mais il en est déjà à sa deuxième campagne électorale. Après les européennes, il se lance dans la bataille des régionales avec un autre tout jeune mouvement : le Parti de Gauche de Jean-Luc-Mélenchon. C'est Christine Coulon qui conduit cette alliance en Basse-Normandie.

On ne peut pas trouver personnalités plus éloignées que les 2 seules femmes à avoir droit aux honneurs d'une tête de liste régionale dans cette campagne électorale. La vaste immensité de l'échiquier politique sépare Christine Coulon (NPA) de Valérie Dupont (FN). D'ailleurs, Christine Coulon ne serre la main à aucun représentant du Front National. C'est un principe sur lequel elle ne transige pas. Des points communs, elle en a aussi un avec le président de région sortant. Laurent Beauvais et elle sont les deux seules têtes de liste régionales originaires du département de l'Orne. Mais elle ne tarit pas de reproches sur le bilan de son action...

C_CoulonChristine Coulon est une parfaite incarnation d'Olivier Besancenot quand elle reproche à la gauche socialiste d'avoir vendu son âme au diable. Pour elle, une gauche qui distribue des subventions aux patrons licencieurs n'est pas une vraie gauche. Pas besoin de la pousser beaucoup pour qu'elle donne des exemples régionaux précis comme NXP. L'ex-entreprise Phillips, implantée à Caen, a bénéficié de 3 millions d'euros de subventions régionales avant de mettre en application en 2008 un plan social et de vendre l'un de ses sites caennais dans la zone industrielle Mont-Coco. 

La pillulle ne passe pas non plus sur le nucléaire. En 2006, l'ancêtre du NPA, la Ligue Communiste Révolutionnaire, avait pris part au grand rassemblement antinucléaire sur le port de Cherbourg. Entre 10 et 30 000 personnes manifestent ce jour-là dans la ville du vice-président de la Région, Bernard Cazeneuve, favorable à la construction du réacteur nucléaire EPR sur le site de Flamanville à quelques kilomètres de là. Depuis, les choses n'ont pas changé. Bien que très en retard, le chantier de l'EPR se poursuit et Christine Coulon ne pardonne pas à l'équipe régionale sortante de soutenir tacitement cette politique énergétique nationale. Parfois même sans opposition frontale des Verts qui, lors des votes, préfèrent s'abtenir plutôt que de voter contre leurs alliés de gauche.   

On le voit : l'opposition n'est pas feinte. "Quand les socialistes nous regardent aujourd'hui, ils se voient tels qu'ils étaient il y a des dizaines d'années et ils ne le supportent pas" dit Christine Coulon. Malgré tout, la chef de file du NPA veut quand même rappeler qu'elle ne se trompe pas de combat. Son objectif, c'est de faire battre la droite. Elle concède que lors du débat sur l'avenir de la Poste, les militants socialistes étaient là. Pas ceux de l'UMP. Alors au soir du 14 mars, elle va d'abord espérer franchir la barre créditrice des 5 %. Puis elle tendra la main vers les équipes de Laurent Beauvais. Pas de discussion, pas de marchandage. Mais des propositions en fonction du score qu'aura fait la liste NPA/PG. Christine Coulon sait que c'est la seule façon pour que des représentants de la gauche de la gauche siègent à la Région. Elle sait aussi que le président de région ne l'entendra surement pas de cette oreille...

Ecoutez l'interview en intégralité :

Nostalgielogo2009docChristine Coulon sera le jeudi 11 mars sur Nostalgie Caen 106.4FM à 7h30 et 8h30.

Retrouvez l'ensemble des candidats dans Nostalgie Info Caen 106.4FM lors de nos 2 semaines spéciales sur les élections régionales du 1er au 12 mars prochain.