La chef de file régionale du Front National est venue ce matin nous exposer les grandes lignes de son programme. C'est la première grande campagne électorale où elle est en tête de liste.

Après que le trésorier du parti, l'imprimeur saint-lois Fernand le Rachinel, ait claqué la porte pour des histoires d'argent (un litige de 8 millions d'euros tout de même), c'est donc à Valérie Dupont qu'est revenue la tâche de porter les couleurs du FN. Le Front National a voulu récompenser la fidélité de cette conseillère régionale sortante, élue pour la première fois il y a seulement 6 ans en 2004 mais membre du parti de Jean-Marie Le Pen depuis...1983. Un choix logique également puisque sur les 5 conseillers régionaux frontistes élus en 2004, elle est la seule à être restée fidèle à la famille Le Pen.

V_DupontDe la politique, Valérie Dupont n'en a pas le langage stéréotypé. Elle s'exprime avec son bon sens sur toutes les questions. Il faut dire aussi que son expérience d'élue est encore récente et que c'est la première fois qu'elle est chargée de partir en première ligne dans une élection de ce type.

Le personnage peut surprendre car il n'est pas là où on l'attend. Ce n'est pas qu'elle ne veuille pas parler d'insécurité ou d'immigration, mais elle n'en fait pas son terrain de prédilection. Et bien que l'agriculture ne soit pas une compétence régionale directe, elle a choisi d'en faire sa priorité n°1, avec notamment l'intention de généraliser la consommation d'alimentation bio dans toutes les cantines de lycées.

On retiendra que la candidate du Front National est opposée à une ligne grande vitesse entre Paris et la Normandie. Trop chère. D'ailleurs, de manière générale, Valérie Dupont se montre très réticente sur tout projet trop dispendieux à ses yeux. Que ce soit les travaux du Mont Saint Michel ou la construction d'autoroutes, elle fait de l'économie son maître-mot.

Reste maintenant à voir si la division de l'extrême-droite ne lui portera pas préjudice. Car si le Parti de la France a une notoriété limitée par rapport au Front National, le nom de Fernand le Rachinel, lui, est plutôt familier aux Bas-Normands. En 2004, il avait récolté 15 % des suffrages et s'était maintenu au second tour. Valérie Dupont espère elle aussi pouvoir se maintenir au soir du 14 mars.

Ecoutez l'interview en intégralité :

Nostalgielogo2009docValérie Dupont sera le mardi 2 mars sur Nostalgie Caen 106.4FM à 7h30 et 8h30.

Et retrouvez l'ensemble des candidats dans Nostalgie Info Caen 106.4FM lors de nos 2 semaines spéciales sur les élections régionales du 1er au 12 mars prochain.